Explosion du pont de Crimée : Implication de Londres?

Le complot des services de renseignement britanniques visant à faire sauter le pont de Kertch en Crimée est révélé dans des documents internes et une correspondance obtenue exclusivement par The Grayzone.

Le Grayzone a obtenu une présentation d’avril 2022 rédigée pour les officiers supérieurs du renseignement britannique, élaborant un plan pour faire sauter le pont de Kertch en Crimée avec la participation de soldats ukrainiens spécialement formés. Près de six mois après la publication du plan, le pont de Kertch a été attaqué lors d’un attentat suicide le 8 octobre, apparemment supervisé par les services de renseignement ukrainiens du SBU.

Des propositions détaillées pour fournir un soutien « audacieux » aux « opérations de raids maritimes » de Kiev ont été rédigées à la demande de Chris Donnelly, haut responsable du renseignement de l’armée britannique et vétéran conseiller de haut rang de l’OTAN. L’élément central du plan de grande envergure était « la destruction du pont sur le détroit de Kertch ».

Les documents et la correspondance retraçant l’opération ont été fournis à The Grayzone par une source anonyme.

L’attentat au camion piégé contre le pont de Kertch différait sur le plan opérationnel du complot qui y était esquissé. Pourtant, l’intérêt évident de la Grande-Bretagne pour la planification d’une telle attaque souligne la profonde implication des puissances de l’OTAN dans la guerre par procuration de l’Ukraine. Presque précisément au moment où Londres aurait saboté les pourparlers de paix entre Kiev et Moscou en avril de cette année, des agents du renseignement militaire britannique élaboraient des plans pour détruire un important pont russe traversé par des milliers de civils par jour.

La feuille de route a été produite par Hugh Ward, un vétéran militaire britannique. Un certain nombre de stratégies pour aider l’Ukraine à « constituer une menace pour les forces navales russes » en mer Noire sont décrites. Les objectifs primordiaux étaient les suivants : « dégrader » la capacité de la Russie à bloquer Kiev, « éroder » la « capacité de combat » de Moscou et isoler les forces terrestres et maritimes russes en Crimée en « refusant le réapprovisionnement par mer et par voie terrestre via le pont de Kertch ».

Dans un e-mail, Ward a demandé à Donnelly de « protéger ce document », et il est facile de comprendre pourquoi. De ces plans assortis, seul le « Kerch Bridge Raid CONOPS [concept d’opération] » fait l’objet d’une annexe dédiée à la fin du rapport de Ward, soulignant son importance.

Le contenu équivaut à un plaidoyer direct et détaillé pour la commission de ce qui pourrait constituer un crime de guerre grave. De toute évidence, en complotant pour détruire un important pont de passagers, il n’est fait aucune référence à la nécessité d’éviter les pertes civiles.

Sur trois pages distinctes, accompagnées de schémas, l’auteur précise les termes de la « mission » – « [désactiver] le pont de Kertch d’une manière audacieuse, perturber l’accès routier et ferroviaire à la Crimée et l’accès maritime à la mer d’Azov ».

Ward suggère que la destruction du pont « nécessiterait une batterie de missiles de croisière pour frapper les deux piliers en béton de chaque côté de l’arche centrale en acier, ce qui entraînerait une défaillance structurelle complète » et « empêcherait tout réapprovisionnement routier du territoire russe vers la Crimée et temporairement perturber la voie de navigation ».

Un « schéma » alternatif implique une « équipe de plongeurs d’attaque ou UUV [véhicules sous-marins sans pilote] équipé de mines à patelle et de charges de coupe linéaires » ciblant une « faiblesse clé » et un « défaut de conception » dans les piliers du pont.

Ce « défaut » est « plusieurs pylônes minces utilisés pour soutenir la travée principale », qui étaient destinés à permettre à de forts courants de circuler sous le pont avec un minimum de frottement. Ward identifie une zone particulière dans laquelle la profondeur de l’eau autour d’un ensemble de piliers n’était que de 10 mètres, ce qui en fait la « partie la plus faible » de la structure.

Dans des e-mails connexes obtenus par The Grayzone, Chris Donnelly, haut responsable du renseignement de l’armée britannique et ancien conseiller de l’OTAN, a déclaré que les propositions étaient « vraiment très impressionnantes ».

Joint par téléphone, Hugh Ward n’a pas nié avoir préparé le plan de destruction du pont de Kerch pour Chris Donnelly.

« Je vais discuter avec Chris [Donnelly] et confirmer avec lui ce qu’il a préparé pour moi », a déclaré Ward à The Grayzone, lorsqu’on lui a demandé directement s’il avait rédigé le plan « audacieux ».

Invité à nouveau à confirmer son rôle dans le plan, Ward a fait une pause, puis a déclaré : « Je ne peux pas confirmer cela. Je vais d’abord discuter avec Chris. »

À l’aube du 8 octobre, une attaque incendiaire endommage le pont de Kertch. Un camion a explosé, mettant le feu à deux pétroliers, provoquant l’effondrement de deux travées de la route en direction de la Crimée dans la mer en contrebas et en tuant trois.

Alors que la section touchée a été rapidement réparée et que la circulation a repris le lendemain, les médias occidentaux ont célébré l’incident comme le dernier embarras et échec de la Russie dans le conflit avec l’Ukraine. Dans certains cas, les journalistes ont ouvertement applaudi et plaisanté sur ce qui pourrait vraisemblablement être qualifié de crime de guerre ayant coûté la vie à des civils.

La frappe suicide visait une structure de liaison entre la Crimée et la Russie continentale construite au coût de 4 milliards de dollars, et dont l’ouverture a fourni une grande victoire de relations publiques au Kremlin, renforçant le contrôle renouvelé de Moscou sur le territoire majoritairement russophone.

Ce faisant, il semble que Donnelly et ceux qui l’entourent seraient satisfaits de voir la Troisième Guerre mondiale éclater en Crimée. En fait, comme les documents divulgués obtenus par The Grayzone continueront de le démontrer, provoquer un conflit entre l’Occident et la Russie a longtemps été l’un de ses objectifs ultimes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close